D’une salle de la Mairie à la bibliothèque André-Malraux, du centre culturel rue Esther Cuvier aux boîtes à lire en passant par les librairies... Petite histoire de livres aux Lilas.


Un jour de 1948, le jeune Robert Legris se rend au premier étage de la Mairie des Lilas, dans une petite salle au sommet d’un escalier en colimaçon qui accueille un embryon de bibliothèque depuis l’ouverture du bâtiment en 1882. Il doit faire sa demande et attendre derrière le petit guichet que l’agent municipal lui apporte le livre convoité. C’est ainsi que Robert emprunte l’ouvrage « Les paquebots à grande vitesse et les navires à vapeur » de Maurice Demoulin, cote n°1372. Une invitation aux voyages. Et cela tombe bien, car ce livre ne va pas revoir Les Lilas de sitôt.

bibliotheque rue esther cuvier les lilas

La bibliothèque rue Esther Cuvier

Trente ans plus tard, Gaston n’a pas revu le livre, lui le chat qui règne en maître des lieux, au 1er étage d’une petite salle de 50 m², 14 rue Esther Cuvier. C’est là que la bibliothèque municipale a pris ses quartiers en 1969. Un grand progrès en comparaison de la salle en Mairie.


55 000 références

Si la rue Esther Cuvier représente un grand pas en avant, que dire des locaux suivants ! Ceux de la bibliothèque André-Malraux, occupant aujourd’hui une aile de l’espace d’Anglemont. Le rachat de l’institution Gay en 1983 a permis le déménagement la bibliothèque dans un lieu plus spacieux. Le nouvel espace culturel de la ville ouvre ses portes en mai 1987. Les équipes se sont professionnalisées, utilisant désormais la classification thématique Dewey, mondialement répandue. L’informatisation du catalogue de 15 000 titres s’achève en 1988. Mais l’on n'y retrouve nulle trace du livre emprunté par Robert Legris.

Diaporama Bib 1

La bibliothèque André-Malraux

Une vraie bibliothèque dédiée à la jeunesse voit le jour en 1991, récupérant la salle polyvalente du rez-de-chaussée. La salle multimédia est installée à la même époque. Le site Internet et les désormais 55 000 ouvrages du catalogue lilasien sont maintenant intégrés au réseau des 12 bibliothèques d’Est-Ensemble. Une carte unique donne le même accès aux lectrices et lecteurs de chacune des villes. Aux Lilas, ce sont chaque année 2 500 livres qui sont achetés. Les murs n’étant pas extensibles, on se sépare au même rythme des livres abîmés, tachés, cassés. Après-tout, le fameux livre emprunté par Robert Legris a peut-être été l’une des victimes de ce « désherbage » littéraire.


Librairie et nouvelles pratiques

Pas de trace non plus de notre fameux livre chez les bouquinistes ou à la librairie Folies d’encre des Lilas installée depuis 1999. Créée par Anne-Dominique Bouvet, elle a ensuite été reprise par Valérie et Marie. Elle est devenue un des commerces « essentiels » de notre ville, soutenue par de nombreux Lilasiennes et Lilasiens durant le confinement. Le livre de Robert n’a pas non plus échoué dans l’une des trois boîtes à lire de la commune où l’on peut déposer ou emprunter gratuitement des livres. Venu d’Angleterre, le concept connaît un réel succès dans les lieux de passage comme les jardins publics et les gares ou l’abord des écoles. Aux Lilas, celles du parc Lucie-Aubrac, de la rue du Tapis vert ou de l’allée du docteur Calmette sont très fréquentées.


Retour aux Lilas

A Châteauroux où il habite désormais, Robert Legris, aujourd’hui âgé de 92 ans, s'affaire à ranger sa maison. Stupéfait, il tombe sur un livre emprunté jadis à la Mairie des Lilas. Il suppose l’avoir emprunté peu avant son départ pour l’armée, en novembre 1948 et avoir oublié de le rendre. En lecteur passionné, Robert décide de réparer cet oubli et de le restituer, en joignant une lettre. 

"(...) Dernièrement j'ai retrouvé ce livre à la faveur d'un rangement en profondeur et je me fais un plaisir de vous le restituer. Je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas rendu après l'avoir lu mais je suppose l'avoir emprunté peu avant mon départ à l'armée (Nov. 1948) puis il fut rangé par ma mère et je viens de le retrouver. A cette époque la quasi-totalité des livres était reliée de cette attractive couleur noire et numérotés à la file indienne. On ne pénétrait pas dans les rayons et il fallait attendre son tour. Aujourd'hui j'ai 92 ans et je garde un excellent souvenir des Lilas. (...) Elle est loin l'école Paul de Kock où j'ai fait toute ma scolarité.".

paquebots a grande vitesse bibliotheque les lilas

L'ouvrage restitué le 10 mars 2021... avec 72 ans de retard !
Merci à M. Legris pour nous avoir raconté son histoire.


Petite histoire de lecture : Un livre n'est jamais perdu !
Article extrait du n°213 d'Infos Lilas (juin 2021), réalisé en collaboration avec le cercle de généalogie et d’histoire locale des Lilas et le service archives-documentation de la Ville - http://racinesdu93.fr